Ceux qui mangent le bois

Those who eat wood

Ceux qui mangent le bois
Those who eat wood

Un film de / A film by Reza Serkanian

Documentaire / Documentary – 52 mn – France, Gabon 2008

Montage / Edit + Image : Reza Serkanian
Lieu de tournag
/ Location : Gabon
Langue
/ Language : Français / French
English subtitles

Distribution : Overlap Films

Synopsis :
Au Gabon, une journaliste française défriche au fil de ses rencontres le paysage de la société gabonaise de la ville à la brousse. En même temps, une exploitation forestière coupe des arbres sacrés dans la forêt. Ce sont les arbres des Gabonais, de « Ceux qui mangent le bois ».
While a French journalist is going through the landscapes of the Gabonese society during his meetings and researches, the forest exploiters are going through the nature to find the wood of best quality. The nature where the spiritual shamans find their traditional medicines as well as Iboga, the sacred wood.


Ceux qui mangent le bois est une exploration de la société gabonaise, de la ville à la brousse. Le titre fait référence au bois sacré que mangent les Gabonais, mais c’est aussi le bois qu’abattent les sociétés d’exploitation forestière présentes au Gabon.
Those Who Eat Wood is a rather personal exploration of the Gabonese society, from the city to the forest. The title refers to the Sacred Wood that the Gabonese eat, but it is also about the wood that the exploitation companies cut from the forest.

Pour voir ce film, merci de contacter Overlap Films.
To view this film, please contact Overlap Films.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Presse / Press

Très jeune, Reza Serkanian devient un passionné de cinéma et d’images. Après avoir réalisé plusieurs films, son investigation cinématographique s’est tournée, pour la première fois vers l’Afrique, et plus précisément vers le Gabon, pour un film documentaire. Pourquoi le Gabon ? Pourquoi pas, nous répondrait Reza. Parce que l’occasion s’est présentée, tout simplement, et parce que ces nouvelles petites caméras numériques permettent de filmer seul, sans équipe, avec discrétion et liberté, un pays, sa population, ses traditions, de façon naturelle, et spontanée. Réza Serkanian effectuait son premier voyage sur le continent noir. Son regard d’homme et de réalisateur fut un regard neuf, curieux avide de compréhension, et de connaissances, c’est ce regard-là qu’il a voulu intact, et qu’il nous transmet à travers ce film documentaire, intitulé «Ceux qui mangent le bois».
Un film comme un tableau impressionniste du Gabon, qui nous dévoile le quotidien des gabonais, des histoires personnelles parfois, mais aussi certains aspects plus officiels de cette société, d’un point de vue économique ou politique. Un tableau, loin des stéréotypes sur l’Afrique et des rouages traditionnels du documentaire. Réza Serkanian brosse un portrait de ce pays de l’Afrique Equatoriale, comme si nous tenions, nous-même les pinceaux. Une toile documentaire, à l’état brut, une vision objective et non dirigée vers des interprétations et des opinions suggérées. Un réalisateur discret, et un documentaire hors norme et tellement vivant ! Le Gabon s’y exprime. «Ceux qui mangent le bois» est un film que nous avons eu la chance de visionner lors d’un festival de films africains, «Lumières d’Afrique», proposé par l’A.P.A.C.A, l’occasion pour la promotion des arts et cultures africaines.
Epra

Il s’agit d’un récit de voyages. Des histoires de vie de Gabonais dans le Gabon d’aujourd’hui, entre vie privée et vie publique, le sens même de la condition du citoyen gabonais est interrogé par une jeune journaliste française à l’AFP.  Reza nous livre un film documentaire retraçant une histoire du Gabon d’aujourd’hui, tout en ayant un sentiment de pudeur, et du recul dans sa façon de tenir la caméra et de livrer aux téléspectateurs avertis ou non, ces images venues d’ailleurs, pour nous pousser à poser notre regard sur cette partie de l’Afrique noire.
Entre soulèvement de jeunesse gabonaise et pouvoir en place, entre enjeux économiques et politiques, entre rêve, réalité et aspiration de cette jeunesse gabonaise, les histoires du Gabon d’antan et d’aujourd’hui se croisent encore et certainement pour toujours.
Ce film tient sa force non de la profondeur de ses idées mais du jeux de ses images. ll est concis, panoramique. Un film intéressant à voir comme une introduction à l’histoire du Gabon.
Radio Londres


FESTIVALS
Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FECPACO) – Burkina Faso 2009
Festival Doc à Tunis – Tunisie 2008
Festival Cinémas Africain à Bruxelles – Belgique 2008
Festival international du film d’Amiens – France 2005
Festival de films africains Besançon – France 2005
Festival Isola cinéma – Slovénie 2005
Aye Aye film festival, Nancy – France 2005
Panafrican Film Festival of Ouagadougou (FESPACO) – Burkina Faso 2009
Festival « Doc à Tunis » – Tunisia 2008
African Film Festival in Brussels – Belgium 2008
Amiens International Film Festival – France 2005
African Film Festival, Besançon – France 2005
Isola Cinema Festival – Slovenia 2005
Aye Aye film festival, Nancy – France 2005


 

Publicités